L'été sera… Spes avec les Missionnaires de la Miséricorde divine

Publié le par Christophe Saint-Placide

 

Je viens de découvrir le site de la Société des Missionnaires de la Miséricorde Divine, un site Internet très bien fait et plus large que celui de la paroisse personnelle de Toulon desservie par cette même communauté. On trouve sur ce site un rappel historique de cette jeune communauté que je reproduis ci-dessous :

 

« Notre communauté est née de la rencontre entre deux hommes, deux pasteurs : mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, et l’abbé Fabrice Loiseau, alors prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. L’évêque était en quête d’une communauté attachée à la fois à l’ancien rite et à l’unité diocésaine ; le prêtre recherchait cette même unité et la possibilité d’être profondément missionnaire par la spiritualité de la Miséricorde.

Après plusieurs rencontres dans le diocèse de Fréjus-Toulon, dont des camps d’évangélisation sur les plages du Var, le projet de communauté naît pour répondre à ces différentes aspirations. Les abbés Jean-Raphaël Dubrule et Eloi Gillet, alors séminaristes, adhèrent au projet et terminent leur formation au séminaire diocésain à La Castille. D’autres jeunes rejoignent la communauté et deviennent séminaristes diocésains à La Castille, où ils prient avec la liturgie Paul VI en semaine et retouvent la liturgie traditionnelle le week-end en paroisse et pendant leurs apostolats.

La Société des Missionnaires de la Miséricorde Divine naquit en septembre 2005, comme association de droit diocésain rattachée au diocèse de Fréjus-Toulon.

Trois piliers ont naturellement émergé : 
 le témoignage de la Miséricorde, comme le Christ l’a révélé à sœur Faustine, 
 une grande dévotion eucharistique avec un attachement particulier à la célébration de la liturgie dans le rite de saint Pie V dans l’esprit du Motu Proprio Summorum Pontificum, 
 un zèle missionnaire pour la Nouvelle Évangélisation, particulièrement envers les musulmans.

Le 22 septembre 2007, jour de l’ordination de l’abbé Jean-Raphaël Dubrule, mgr Dominique Rey reconnait canoniquement la communauté ad experimentum, après seulement deux ans d’existence.

Le 26 septembre 2009, est ordonné prêtre l’abbé Eloi Gillet en la cathédrale de Toulon.

A la rentrée 2009, la Société des Missionnaires de la Miséricorde Divine est composée de seize membres, dont trois prêtres incardinés dans le diocèse de Fréjus-Toulon, sept séminaristes, trois jeunes en propédeutique et trois en discernement. »

 

Ce qui est étonnant sur la page « Présentation  de la communauté, c’est le mot sur le fondateur. On voit bien le sens spirituel, mais la photo ne correspond pas vraiment au texte, ce qui donne une impression étrange comme le montre la photo ci-dessous : 

 

Image-9-copie-5.png

 

Plus sérieusement, la communauté organise un camp d’été dit SPES sur le thème : islam et christianisme. Il s’agit d’un camp de formation et d’évangélisation, celle-ci se déroulant principalement sur les plages de Toulon. Il semble que c’est l’aspect formation qui sera particulièrement axé sur le christianisme et l’islam, et non, l’évangélisation. On imagine mal les islamistes se mettrent tranquillement au soleil sur les plages de Toulon.

On trouvera tous les renseignements nécessaires sur le site de la Communauté, à visiter absolument, celle-ci occupant une place particulière dans le petit monde des communautés attachées à la forme traditionnelle du rite romain.

Pour mieux découvrir son fondateur, on peut aussi regarder cette vidéo d’une émission Dieu Merci de la chaîne Direct 8.

  

 

 

Publié dans Informations

Commenter cet article