Un miracle ? On en veut d'autres

Publié le par Christophe Saint-Placide

Sous le titre Un miracle à Montfermeil, la dernière lettre de Paix liturgique rapporte les réactions d'un curé. Une réaction positive qu'il faudra encore transformer concrètement, mais qui mérite le coup de chapeau.

« Dimanche 3 janvier, 2 fidèles du diocèse de Saint-Denis venus distribuer le dépliant de la grande enquête de Motu proprio France au sujet de la forme extraordinaire de la messe devant l'église Saint-Pierre-Saint Paul de Montfermeil ont été témoins d'un véritable miracle …
En effet à la fin de la messe le curé , le père Thomas Binot s'adressa à ses ouailles au sujet du document qui leur avait été remis à l'entrée de l'église par nos amis et fit au sujet de la forme Extraordinaire une longue déclaration. Tout d'abord le curé rappela qu'il existait désormais deux formes du rite, l'ancienne qui n'avait jamais été interdite et la nouvelle que lui même préférait mais qu'il était légitime et identique de prier selon les deux formes du rite et que les fidèles qui le souhaitait pouvait très bien faire ce choix…
Nos amis ne savent pas si le curé à l'intention de proposer une célébration Extraordinaire à ses fidèles , ce qu'il ont constaté c'est que plusieurs de ces paroissiens leur ont fait part de cette préférence ! ...... attendons-donc de voir ce qui va se passer à Montfermeil .....
Remercions cependant tout de suite le père Binot d'avoir été par ses paroles un exemple rarissime de bienveillance et d'ouverture en effet il est très rare d'entendre , des paroles si charitables et conciliantes alors même que le père curé reprochait gentiment à nos amis de ne pas l'avoir informer de leur venue dans sa paroisse.
Nous savons que cette demande du père Binot d'être informé au préalable par les amis de Motu proprio France de leur prochaine présence devant une église de leur paroisse est tout à fait récurrente mais l'expérience nous montre que dans 99% des cas une information de ce type faite au père curé aboutit à un conflit ce qui fait préférer à la plupart de nos amis de s'abstenir de demander une autorisation qui n'est pas indispensable , même si elle peut paraitre souhaitable, pour agir en dehors de l'Eglise elle-Même.
Le cas exceptionnelllement courtois et charitable du père Binot a cependant conduit nos amis à présenter leurs excuses au curé qui les a aimablement acceptées
En ce temps de l'Epiphanie prions le Seigneur pour qu'il envoie son esprit sur nos pasteurs afin que comme le père Binot ils se comportent en pères bienveillants et qu'ils deviennent ainsi de vrais acteurs de la nécessaire réconciliation entre les fidèles de notre Eglise. »

On lira dans la même lettre l'analyse de Paix liturgique de la situation de Thiberville.

Publié dans Informations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article