Que se passe-t-il à Toronto ?

Publié le par Christophe Saint-Placide

Dimanche prochain, 28 février, l’apostolat de la Fraternité Saint-Pierre à Toronto, prendra fin. C’est ce qu’a annoncé dimanche dernier, aux cent personnes présentes lors de la messe du 1er dimanche de Carême, le Father  Howard J. Venette, qui assurait cet apostolat. Cela fait seulement 19 mois que ce prêtre est en poste à Toronto. Il retourne désormais en Floride.

C’est en septembre dernier qu’il avait été annoncé par l’archevêque de Toronto, Mgr Thomas Collins, son désir d’une paroisse personnelle pour le rite romain traditionnel, avec un apostolat dévolu à la Fraternité Saint-Pierre. L’annonce en avait été même faite publiquement. Puis, plus rien ! Une église avait bien été prévue, sans être finalement attribuée à la Fraternité Saint-Pierre. On lui avait fait comprendre alors qu’il faudrait prouver par les faits – c’est-à-dire par le nombre des participants – la nécessité d’une telle messe. Mais justement les faits avaient répondu par la croissance de la communauté et sa viabilité financière.

Désormais, c’est le Father Liam Gavigan, un prêtre âgé, actuellement à la retraite, qui reprend officiellement cet apostolat et ce à partir du 7 mars prochain. Le problème, c’est que ce vieux prêtre habite à deux heures de Toronto et qu’il célèbre déjà la messe à 9h00 avant de se rendre dans un monastère pour célèbrer une autre messe à 11h30. Il lui faudra encore faire une cinquantaine de kilomètres avant de se rendre à Toronto pour célébrer la messe à 13h00.

La raison de ce renvoi de la Fraternité Saint-Pierre ? La rumeur affirme que l’archevêque n’a pas du tout apprécié que, fidèle en cela aux règles de l’Église universelle, le prêtre de la Fraternité Saint-Pierre continue de distribuer la communion sur la langue alors que l’archidiocèse, prétextant la lutte contre la Grippe H1N1, avait ordonné de la donner dans la main.

Publié dans Informations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article