Le Pape éprouve-t-il le besoin d’affirmer une identité dans une société mondialisée et fait-il preuve de raidissement, ramenant tout à la seule identité religieuse ?

Publié le par Christophe Saint-Placide

Image 7

 

 

Plusieurs blogs ont déjà évoqué les propos d’une subtilité confondante du Père Christophe Roucou, directeur du Service pour les relations avec l’islam, propos tenus à l’occasion du 56e pardon des Sept-Saints qui est devenu une sorte de rendez-vous du dialogue entre le catholicisme et le monde mahométan. Au regard de cette thématique, il n’y avait pas vraiment de raison que je m’attarde sur cette déclaration, sauf que le Père Roucou établit un amalgame pour le moins spécieux entre la burka et le port de la soutane.

Le pauvre prêtre est tellement sécularisé qu’il en vient à réduire la soutane à un besoin d’affirmation d’une identité et à un signe de raidissement. À l’heure où les psychologues, par exemple, ne cessent de parler de la nécessité de construire l’identité de l’enfant, on ne voit pas en quoi l’identité serait en soi un danger ou une mauvaise chose. Ce n’est pas l’identité en tant que telle qui pose problème, mais éventuellement la forme que l’on donne à celle-ci. L’identité séculière et progressiste que s’est forgé le Père Roucou, plus en harmonie avec les sirènes du monde, ne nous semble pas sans danger. Il ne ramène certes pas tout à l’identité religieuse, mais il évacue complètement celle-ci, devant aussi laïc que les laïcards les plus chevronnés.

La soutane est-elle un signe de raidissement ? L’image est facile, le propos commode, mais la réalité ? Le Père Roucou, prêtre sans soutane, n’est-il pas raidi dans sa suffisance progressiste ?

Les prêtres qui portent la soutane, majoritairement traditionaliste, sont nés et ont grandi dans un univers non catholique. La soutane les distingue certes, mais comme représentant du Christ, ayant offert leur vie pour lui. Loin d’être facile à porter tous les jours, cette soutane leur offre souvent l’occasion de subir des moqueries, des regards inquisiteurs, des propos de prêtres qui jugent très facilement ce qu’ils ne comprennent pas. On est loin de l'image du refuge commode !…

Mais allons plus loin. Le Pape porte chaque jour la soutane. Les cardinaux sont obligés souvent de la porter. Font-ils preuve d’un repli identitaire ?

Retournons la perspective : le Père Roucou est-il apte à dialoguer avec le monde musulman dans la mesure où il n’a pas l’air de savoir exactement qu’elle est l’identité du catholicisme qu’il est censé représenter ?

On a là à nouveau le fruit du flou né du Concile Vatican II sur des questions aussi sensibles et pointues. 

Publié dans Questions et analyses

Commenter cet article