FSSPX/Évêché de Port-Louis (Ile Maurice) : les pièces du dossier

Publié le par Christophe Saint-Placide

J'avais signalé les problèmes posés à la Fraternité Saint-Pie X par l'évêque de Port-Louis (Ile Maurice) pour la célébration de la messe dans la forme traditionnelle jamais interdite selon le Motu Proprio de 2007. J'ai pu me procurer les pièces du dossier qui permettra à chacun de juger de la situation.

Elles sont constituées par la publication d'un article dans La Vie catholique indiquant l'interdiction de célébrer la messe pour les prêtres de la Fraternité Saint-Pie X. Cet article est signé du vicaire général. 

Le second document est le « droit de réponse » demandé par la Fraternité Saint-Pie X à La Vie catholique afin de soumettre aux lecteurs de cette publication la position de la Fraternité Saint-Pie X sur cette affaire. 

 

Les deux documents se suivent ci-dessous : 



Image-2-copie-21.png


 

Droit de réponse : 


« Notre Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X a été mise en cause dans votre n°10 de l’an 2010 (5-11 mars). Selon les termes de la loi, nous vous prions de bien vouloir faire insérer le texte suivant en page 2, selon l’espace et les qualités typographiques employés dans l’article en cause, à savoir « Communiqué du diocèse de Port-Louis sur la Fraternité Saint-Pie X » et ce dès votre prochaine parution.

 

Des Catholiques Mauriciens ont invité la Fraternité Saint-Pie X pour célébrer la Messe Grégorienne.

Elle a récemment accepté cette invitation, en passant auparavant par les autorités diocésaines.

Mgr Piat aurait ensuite « interdit aux prêtres de la Fraternité Saint-Pie X, de passage dans le diocèse, de célébrer la messe dans le diocèse de Port-Louis ». Or, rien ne nous a été signifié dans ce sens.

Nous nous étonnons de voir notre seule Fraternité exclue et ostracisée, jusqu’à interdire à ses prêtres de célébrer, même hors des églises.

D’un côté, on veut faire croire à une rupture de la Fraternité Saint-Pie X avec l’Église, de l’autre on exige d’elle une obéissance presque aveugle.



Veuillez accepter, chère Madame, l’expression de notre religieux respect et l’assurance de notre prière en ce saint temps de Carême.



Père Marc Vernoy, Supérieur de District »


 

Publié dans Enquête et analyse

Commenter cet article